Actualités

Protéines, par ici la sortie

876x492

Les cellules sécrètent de nombreuses protéines, mais celles-ci ne sortent pas n’importe où à la surface des cellules, montre l’étude menée conjointement par deux équipes du Centre de recherche de l’Institut Curie et publiée dans le Journal of Cell Biology.

Stéphanie Miserey-Lenkei, dans l’Equipe Mécanismes moléculaires du transport intracellulaire, de Bruno Goud, s’intéresse à la fonction de la protéine RAB6, présente dans l’appareil de Golgi, et qui régule à l’intérieur des cellules le processus de sécrétion des protéines. La sécrétion des protéines est un élément indispensable à la vie des cellules et des organismes. Les protéines sécrétées par une cellule participent à la communication à longue distance avec les autres cellules en tant que messagers. Elles peuvent aussi rester à la surface et constituer des points d’ancrage avec l’environnement des cellules ou d’interactions avec d’autres cellules au sein des tissus.

Gaelle Boncompain, dans l’Equipe Dynamique de l’organisation intra-cellulaire de Franck Perez qui s’intéresse aux mécanismes du transport intracellulaire, a développé des outils, aujourd’hui utilisés par de nombreux autres laboratoires dans le monde, pour synchroniser la sécrétion des protéines (système RUSH) mais aussi pour les bloquer à l’endroit où elles sortent des cellules (système SPI).

Les deux chercheuses ont mis en commun leurs compétences pour montrer avec leurs doctorantes que les protéines sécrétées suivent à l’intérieur de vésicules des trajets bien précis qui les guident, comme sur des rails, depuis l’appareil de Golgi jusqu’à des sites de sécrétion préférentiels à la surface des cellules. Elles ont aussi remarqué que ces sites se situent précisément au niveau des points d’attachement des cellules à leur environnement. « Nous avons aussi constaté que, quel que soit le type de protéine à sécréter, c’est toujours le système de transport impliquant RAB6 qui est sollicité. Et que les moteurs moléculaires mis en jeu et les microtubules, les “rails”, sont les mêmes », explique Stéphanie Miserey-Lenkei.

Dans le cancer, beaucoup d’études montrent des anomalies de transport des protéines sécrétées. Les protéines de surface des cellules sont impliquées dans l’adhérence ou la migration des cellules dans leur environnement. « Il sera important de comprendre quel rôle est joué par les forces exercées par et sur la cellule mais aussi de tester l’existence de ces sites préférentiels de sécrétion dans des cultures tridimensionnelles », note Gaelle Boncompain. Reste donc à comprendre pourquoi ces sites de sécrétion préférentiels existent. Les chercheurs ont déjà quelques hypothèses, et leurs prochains travaux devraient permettre d’en savoir plus.

Sources

RAB6 and microtubules restrict protein secretion to focal adhesions

Lou Fourriere, Amal Kasri, Nelly Gareil, Sabine Bardin, Hugo Bousquet, David Pereira, FranckPerez, Bruno Goud, Gaelle Boncompain, Stéphanie Miserey-Lenkei

The Journal of Cell Biology May 2019, jcb.201805002; DOI: 10.1083/jcb.201805002