Actualités

Le physicien Pascal Hersen, nouveau directeur de l’unité Physico-Chimie Curie

Capture

Pascal Hersen, directeur de recherche au CNRS en physique du vivant, a pris la direction de l’unité Physico-chimie Curie (UMR 168 CNRS / Institut Curie). Suite à un appel d’offres, sa candidature a été soutenue par un comité de recrutement international ainsi que par le Conseil scientifique de l’Institut Curie et validée par le directeur du Centre de recherche. Il succède à Axel Buguin, directeur de l’unité par intérim suite au décès soudain de Maxime Dahan en 2018.

Jusqu’à présent, Pascal Hersen (PhD), âgé de 42 ans, dirigeait une équipe interdisciplinaire d’une quinzaine de chercheurs au Laboratoire matière et systèmes complexes du Département de physique de l’Université Paris Diderot. Ses travaux relèvent d’un nouveau domaine de recherche « la cybergénétique » qui consiste à déterminer comment les cellules traitent l’information, comment elles s’adaptent dynamiquement aux changements de leur environnement et dans quelle mesure il est possible de contrôler les processus cellulaires. Le physicien rejoint le Centre de recherche de l’Institut Curie pour diriger l’unité Physico-chimie Curie (UMR 168 CNRS / Institut Curie),

Les travaux de l’Unité physico-chimie Curie, dont l’objectif est de proposer une vision physique des processus fondamentaux en jeu dans les cellules vivantes, utilisant des méthodes et des concepts de physique expérimentale et théorique, et ceux sur la cybergénétique menés par son équipe rejoignant l’unité vont pouvoir s’enrichir mutuellement. « Nous développons en effet des boucles de rétroaction informatisées pour contrôler les niveaux d’expression des gènes en temps réel et au niveau de la cellule unique. Cette nouvelle approche technologique combine la microfluidique, la microscopie, la biologie synthétique, l’optogénétique et la théorie du contrôle », explique-t-il « et nous cherchons à déterminer comment appliquer cette approche à divers contextes allant du contrôle de l’expression génétique dans des cellules uniques à l’orchestration spatiale de la dynamique multicellulaire ».

« Déjà au sein de l’unité, et sans préjuger des interactions avec les autres unités de recherche, de nombreux projets de collaborations se dessinent, commente le Pr Axel Buguin, directeur de l’unité par intérim depuis la disparition de Maxime Dahan en juillet dernier. Les thèmes de recherche correspondent parfaitement à ceux développés dans l’unité autour de la biologie quantitative. Ils bénéficieront de notre implication dans l’Institut Pierre-Gilles de Gennes pour la microfluidique. ». Durant un an, le Pr Buguin, qui était directeur adjoint aux côtés de Maxime Dahan, au prix d’un important travail a assuré la transition et préparé l’avenir de l’unité de recherche et des quelque 120 personnes qui y travaillent. Il a été acté que Mathieu Coppey, chef de l’Equipe imagerie et contrôle de l’organisation cellulaire (LOCCO), est le directeur adjoint de l’unité.

Fort des rencontres avec les chefs d’équipe de l’unité, ainsi qu’avec la plupart des directeurs d’unité de recherche du site parisien du Centre de recherche, le nouveau directeur d’unité a pu constater le « fabuleux état d’esprit interdisciplinaire et collaboratif, ainsi qu’un riche écosystème de ressources et de chercheurs. Dans ce contexte exceptionnel, l’unité aura à cœur de contribuer au modèle Curie du continuum soins-recherche en développant des projets de recherche innovants autour de la physique du cancer, depuis la compréhension des comportements élémentaires des cellules et des tissus, jusqu’aux applications médicales. »

Pascal Hersen est l’auteur de plus de 40 publications à comité de lecture, a déposé deux brevets et participé à la création d’une start-up. Il est lauréat d’une ERC consolidator (SmartCells). Il a participé à la fondation du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI) rattaché aujourd’hui à l’Université de Paris, et a été auditeur de l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (IHEST).