Actualités

Un « moteur moléculaire » révèle des forces insoupçonnées

Capture

Anne Houdusse, spécialiste des « moteurs moléculaires » à l’Institut Curie, révèle dans Nature Communications un nouveau mode d’action de ces moteurs, impliqué dans l’infection par le paludisme. Une maladie qui tue chaque année un demi-million de personnes dans le monde.

Cela fait plus de 25 ans qu’Anne Houdusse (UMR 144 CNRS/Institut Curie) s’intéresse aux moteurs moléculaires : des protéines capables de développer des forces mécaniques et produire des mouvements. C’est grâce à ces moteurs moléculaires que nos muscles se contractent par exemple, mais c’est aussi grâce à eux que des cellules cancéreuses peuvent se déplacer pour aller former des métastases…

La chercheuse est devenue une référence internationale sur ce sujet. La preuve ? « Quand plusieurs scientifiques, aux États-Unis et en Angleterre, ont commencé à soupçonner l’intervention d’un de ces moteurs moléculaires, la myosine A, dans l’infection par le Plasmodium [le parasite responsable du paludisme], ils m’ont simultanément contactée », explique-t-elle. Les chercheurs s’organisent alors en consortium et révèlent le rôle précis de cette myosine A dans ce contexte.

« C’est le talent des membres de mon équipe qui a permis d’observer le fonctionnement de la myosine à haute résolution, et nous sommes également experts dans le développement de petites molécules pour bloquer le fonctionnement de ces moteurs et voir les conséquences pour les cellules, détaille-t-elle. C’est ainsi que nous avons compris le mécanisme atypique permettant de générer la force pour cette myosine et le moyen de le moduler pour l’adapter aux fonctions essentielles au parasite : l’invasion des globules rouges et la dissémination rapide du parasite à d’autres stades de son cycle. » Ces résultats ouvrent l’accès au développement de nouveaux traitements contre le paludisme en ciblant ce moteur essentiel au Plasmodium.

Sources

Plasmodium myosin A drives parasite invasion by an atypical force generating mechanism