Actualités

La Commission européenne soutient 3 réseaux de formation doctorale impliquant l’Institut Curie

Montage ITN

Parmi les 128 réseaux de formation innovants sélectionnés dans le cadre des Actions Marie Sklodowska-Curie, par la Commission européenne, trois impliquent des équipes du Centre de recherche. Les projets offriront « des possibilités de recherche et de formation de haut niveau  » à des candidats au doctorat.

Les programmes de formation doctorale retenus » contribueront à améliorer la qualité globale de la formation doctorale en Europe et au-delà et contribueront à la rendre plus innovante« , a indiqué la Commission européenne lors de l’annonce en mai 2019 des résultats de son appel à projets. Les accords de subvention sont étalés sur quatre ans.

Parmi ces projets Marie Sklodowska-Curie – International Training Networks (MSC-ITN), trois dont un en coordination ont été obtenus par des équipes du Centre de recherche de l’Institut Curie. Les actions ITN Marie Curie permettent la formation conjointe de doctorants dans le cadre d’un réseau de partenaires européens et dans un domaine scientifique choisi.

Les porteuses de projet à l’Institut Curie sont :

–              Marie Dutreix, cheffe de l’Équipe réparation, recombinaison et cancer, Charles Fouillade et Pierre-Marie Girard de son équipe, aux côtés de Célio Pouponnot, co-chef de l’Équipe signalisation et progression tumorale, qui participe au réseau Theradnet, coordonné par l’Université de Zurich (Suisse), dédié aux radiations thérapeutiques. Ce réseau regroupe les mêmes équipes que celle du réseau ITN-Radiate qui vient de finir avec succès, et dont le sujet portant sur les radiations obtient de nouveau le soutien de l’Europe. Leur participation au projet est soutenue par la Commission européenne à hauteur de 0,5 million d’euros environ.

–              la Pr Anne-Hélène Monsoro, cheffe de l’Équipe signalisation et développement de la crête neurale, qui coordonne le réseau NEUcrest, impliquant 31 établissements et axé sur l’étude du développement de la crête neurale. Le budget global du projet NEUcrest est de 4,1 millions d’euros. L’Institut Curie gèrera directement 0,5 million d’euros environ sans compter un budget équivalent pour le management.

–              Angela Taddei, directrice de l’Unité dynamique du noyau et cheffe de l’Équipe compartimentation et dynamique des fonctions nucléaires et qui participe au réseau Cell2Cell, coordonné par l’Université de Munich en Allemagne, consacré à l’étude de l’hétérogénéité de la chromatine de cellule à cellule. Un budget de près de 275 000 euros lui est alloué.

Le montant total du soutien attribué au Centre de recherche dans le cadre de ces MSC-ITN se monte donc à 1,37 million d’euros.