Collaborations internationales

Institut Curie bénéficie d’un large éventail de collaborations nationales et internationales.

Accords Cadre

  • Avec le CNRS, signé en avril 2015 pour une durée de 5 ans,
  • Avec l’Université UPMC, l’avenant signé en février 2016,
  • Avec PSL, dont nous sommes membre fondateur, les liens sont à souligner. De nombreuses possibilités d’interaction en découlent. Un investissement important a été réalisé dans ce cadre par les représentants de l’institut Curie au sein des différentes instances ou groupes de travail de PSL. Tant pour les aspects enseignement, que les aspects recherche, surtout dans le cadre du dossier de renouvellement de l’IDEX rendu fin 2015.
    L’évaluation, suite aux auditions, a conduit le ministère à accorder un prolongement de la période probatoire de 18 mois pendant lesquels, il faudra adresser les points de critiques émis (annexe 16). En particulier, quatre points d’attention sont à relever concernant : gouvernance et management, ressources humaines, université cible et vie étudiante. Une réflexion en concertation avec tous les acteurs impliqués est en cours à ce propos et un séminaire de travail sur les options permettant de répondre à ces critiques devrait permettre de dégager un plan d’action et une cible. Toute évolution sera validée par le Conseil d’Administration.
    Avec Paris Saclay, une réflexion est en cours pour que l’Institut Curie soit associée à cette ComUE.

Partenariats institutionnels

Avec le Centre Léon Bérard :
Une convention a été signée en octobre 2015, pour accélérer l’innovation et améliorer la prise en charge des patients. Il faut noter la création du laboratoire Gilles Thomas et la mise en place d’un financement de postdoctorants sur les fonds Mayent-Rotschild (attribué à l’équipe de Gudrun Schleiermacher).
Avec l’Institut Pasteur :
Un accord de partenariat a été signé en février 2016 pour développer des collaborations notamment pour la formation avancée, les plates-formes et la bioinformatique. Parmi les actions lancées : des demandes d’équipements communes (SESAME single cell), des retraites communes (plates-formes, étudiants) et des collaborations qui se mettent en place (GDR stem cell coordonné par A. Bardin, ANR…).
Partenariats internationaux et collaborations
La dimension internationale est essentielle pour la vitalité d’un centre de recherche.
Les collaborations actuelles pertinentes sont très productives en termes de découverte et d’innovation. Les publications significatives avec des collaborateurs attestent de ce fait.
Ce niveau d’intégration à l’échelle internationale est déterminant pour attirer les meilleurs, autant pour les groupes juniors que pour les post-doctorants et les doctorants qui irriguent nos laboratoires.
En 2015, nous avons accueilli :
• 192 post-doctorants étrangers (66%)
• 155 doctorants étrangers (45%)

L’importance de notre programme postdoctoral dans son effet levier est tout à fait remarquable, de même pour le programme doctoral.
En 2015, le directeur du Centre de Recherche, G. Almouzni a été nommée vice-présidente de l’alliance EU-Life. Ce partenariat nous a permis par exemple d’être partenaire du projet européen LIBRA portant sur l’égalité des genres dans le domaine de la recherche et de mener des actions communes de lobbying auprès de l’Europe. Dans ce dernier cas, un positionnement a été affirmé sur la question de l’EIC24 (European Innovation Council) par exemple, mais aussi pour élaborer des propositions d’actions futures. Des réunions stratégiques, thématiques et scientifiques ont réuni des membres des différents partenaires lors de meetings à Bâle et Copenhague. Chaque réunion a permis de mettre en place des documents de références. Un site Web EU-life présente ces activités25. Enfin, les groupes de travail notamment concernant les financements sur projet sont extrêmement actifs pour partager les expériences et mettre en commun des outils.
Les membres du Centre de Recherche sont impliqués dans des projets internationaux dont :
– Le réseau d’excellence européen EpiGeneSys (géré par le CNRS et coordonné par G. Almouzni) a poursuivi ses actions internationales dont des cours et des workshops à l’Institut Curie et le meeting de clôture du réseau sous sa forme actuelle organisé à Paris en Février 2016 qui a permis une réflexion sur le futur. Ainsi, une action commune entre EpiGeneSys et EU-Life a donné naissance à l’initiative 4Dnucleome proposée en 2016 comme grand défi thématique à considérer par l’Europe pour le programme H2020 FET (Future and Emerging Technologies). Un site web a été créé pour présenter et soutenir cette initiative : http://www.4dnucleome.eu/
Des interactions multiples avec le NIH ont été engagées sur ce thème.
– LIBRA pour la promotion de l’égalité des genres dans le monde de la recherche
UM Cure 2020, consortium européen spécialisé dans le traitement du mélanome uvéal coordonné par S.Roman Roman
– FET-OPEN MAGNEURON pour étudier les maladies neurodégénératives coordonné par M. Dahan
Des partenariats stratégiques académiques sont également développés en s’appuyant sur des initiatives menées par nos unités. C’est le cas avec l’Institut d’Hubrecht aux Pays-Bas : suite à ses interactions avec le labex DEEP, un accord de collaboration scientifique au niveau institutionnel est actuellement en cours. Une retraite ouverte à l’ensemble des chercheurs du Centre de Recherche est prévue pour octobre 2016. Il faut ajouter la signature d’un Memorendum of Understanding en cours avec le NCBS-inStem, Bangalore (Inde), la signature d’un accord de consortium pour promouvoir des échanges entre instituts avec la Nagoya City University (Japon) et l’étude d’accords avec la ‘Fundacion Cienca & Vida’ (Santiago, Chili) et l’Institut Weizmann (Tel Aviv, Israël).
Plusieurs de nos interactions au niveau international passent par la formation avancée et les jeunes chercheurs. C’est le cas avec les réseaux mis en place avec le MIT (Boston, USA), le programme Erasmus+ Unipharma-Graduates Project (anciennement programme Leonardo da Vinci), les ITN (International Training Networks)26 au sein des unités et le Partenariat avec le Cambridge Institute for Medical Research qui a permis l’organisation d’un meeting joint par l’ADIC (Association des doctorants et des jeunes docteurs de l’Institut Curie) à Cambridge.
Nous bénéficions du CNRS, de l’Inserm et de PSL pour notre ouverture à l’international.

Partenariats industriels

Les contrats industriels concernent aussi bien la recherche clinique au sein de l’Ensemble Hospitalier que la recherche translationnelle et technologique menées au sein du Centre de Recherche. Le Département des brevets et de la propriété intellectuelle, aujourd’hui appelé Département valorisation et partenariats industriels, porte l’institut Carnot et a ainsi abondé les ressources du Centre de Recherche, en particulier pour les projets translationnels spécifiques.
De plus, les unités et plates-formes ont pu mettre en place des partenariats avec par exemple : Abcam, Agilent, Biogen-Idec, Cambridge Epigenetix, HiFiBio, Inventiva, Roche, Sanofi ou encore Servier.
Il faut souligner l’importance de Sanofi dans le contexte de la création de la chaire ANR IMOCA dans l’unité de S. Amigorena. Soutenue par l’ANR, cette chaire est hébergée à l’Institut Curie et vise à mettre en commun les expertises de l’Institut Curie, en particulier de son unité Immunité et Cancer (Inserm/Institut Curie), et de Sanofi. L’objectif de ce partenariat entre public et privé est d’accélérer le développement de nouvelles molécules dans le domaine de l’immuno-oncologie.
Cet effort a permis de lancer les bases pour proposer la mise en place du centre d’immunothérapie à l’institut Curie, projet validé par le SAB.
Au coeur du projet d’entreprise, il sera très fédérateur pour les acteurs de l’institut avec une installation sur un seul site regroupant chercheurs et médecins. Grâce au soutien institutionnel, l’objectif dès la fin 2016 est de pouvoir installer les équipes et inaugurer ce centre avec notre président et le SAB