Actualités

Les cavéoles livrent leurs multiples secrets

Lamaze

Une équipe de biologistes du Centre de recherche de l’Institut Curie enchaîne les découvertes sur le fonctionnement normal et les dysfonctionnements pathologiques des cavéoles, des structures cellulaires aux multiples implications.

Connues depuis les années 1950, les cavéoles sont de petites structures qui forment des invaginations dans la membrane des cellules mais leur fonction est longtemps restée mystérieuse. Ce n’est qu’en 2011 que biologistes et physiciens de l’Institut Curie découvrent leur rôle, ce qui leur vaut une publication dans Cell (1). Ces tapis de plis et replis sont faits pour encaisser les chocs mécaniques que subissent les cellules : ils se plient et se déplient comme un accordéon pour que la paroi des cellules puisse se déformer sans se rompre.

Aujourd’hui, la même équipe, en collaboration avec l’Institut de myologie, fait de nouvelles révélations dans Nature Communications (2). Christophe Lamaze, chef de l’Equipe dynamique et mécanique membranaire de la signalisation Intracellulaire de l’Unité chimie & biologie de la cellule (CNRS / Inserm / Institut Curie et affiliée au LabEx CelTisPhyBio et à PSL), et des biologistes de son équipe, Cedric Blouin et Mélissa Dewulf, ont étudié les cellules musculaires de patients atteints d’une myopathie dans laquelle le gène de la cavéoline-3, protéine spécifique des cavéoles du muscle, est muté. Résultat : ces cellules résistent mal à un stress mécanique. Mais, plus étonnant, les chercheurs ont mis en évidence que les cavéoles jouaient un rôle dans la transmission de certains messages à l’intérieur des cellules. En effet, ils ont observé que, dans ces cellules malades, la réponse à l’interleukine-6, une molécule de l’inflammation, était activée en permanence, alors que cette réponse est, en conditions normales, régulée par les cavéoles. Ils devraient prochainement publier la découverte d’anomalies similaires dans des cellules de cancer du sein. L’an dernier déjà, dans le Journal of Cell Biology (3), ils avaient montré que certains constituants des cavéoles pouvaient jouer un rôle dans l’envahissement des tissus par les cellules de cancer du sein.

Et du 12 au 16 mai à La Baule, nos spécialistes des cavéoles réuniront une centaine de chercheurs du monde entier (Europe, Etats-Unis, Chili, Japon, Australie…) pour faire le tour de cette thématique en plein boom dans le cadre d’un congrès parrainé par l’EMBO, organisation européenne des meilleurs chercheurs en sciences de la vie.

Sources

  • Cells respond to mechanical stress by rapid disassembly of caveolae. Sinha B, Köster D, Ruez R, Gonnord P, Bastiani M, Abankwa D, Stan RV, Butler-Browne G, Vedie B, Johannes L, Morone N, Parton RG, Raposo G, Sens P, Lamaze C, Nassoy P.  2011 Feb 4;144(3):402-13. doi: 10.1016/j.cell.2010.12.031. PMID: 21295700
  • EHD2 is a mechanotransducer connecting caveolae dynamics with gene transcription. Torrino S, Shen WW, Blouin CM, Mani SK, Viaris de Lesegno C, Bost P, Grassart A, Köster D, Valades-Cruz CA, Chambon V, Johannes L, Pierobon P, Soumelis V, Coirault C, Vassilopoulos S, Lamaze C. J Cell Biol. 2018 Dec 3;217(12):4092-4105. doi: 10.1083/jcb.201801122. Epub 2018 Oct 22.  PMID: 30348749