Distinctions / Prix

Attaquer ce qui est indispensable à la prolifération des cancers

L'équipe Signalisation, développement et tumeurs cérébrales à Orsay, dirigée par Olivier Ayrault, dépend de l’unité Signalisation normale et pathologique : de l'embryon aux thérapies innovantes des cancers - Institut Curie / CNRS UMR 3347 / Inserm U1021.

Raphaël Ceccaldi, qui a rejoint l’Institut Curie en septembre 2017, a vécu un mois de mars riche en distinctions. Ses travaux précédents, doctoraux et postdoctoraux, ont été récompensés par les Prix Olga Sain de la Ligue contre le cancer et fondation Tourre/institut Necker. Le prix de Emergence de la ville de Paris finance ses futurs projets.

Avec une double formation en pharmacie et en sciences, Raphaël Ceccaldi s’est logiquement dirigé vers des projets au croisement entre recherche fondamentale et recherche clinique. Lors de son postdoctorat au Harvard Medical School à Boston (USA), ces résultats ont mis en lumière l’utilisation de certains défauts de la réparation de l’ADN dans les tumeurs et ont permis de lancer le développement de nouvelles thérapies ciblées anti-tumorales.

Plus précisément, le travail du chercheur a éclairé les mécanismes d’action de la voie de l’alternative end joining (alt-EJ) et a révélé pour la première fois la pertinence d’étudier la polymérase Pol Theta (Polθ) et la voie alt-EJ dans les cancers humains. D’un point de vue clinique, ce travail a identifié Polθ comme une cible médicamenteuse dans le traitement de certaines tumeurs du sein et des ovaires. De plus, l’inhibition de Polθ induisant la mort des tumeurs BRCA1/2, l’inhibition d’autres facteurs de l’alt-EJ est susceptible d’induire la mort de ces mêmes cancers. Par conséquent, la découverte de nouveaux acteurs de l’alt-EJ est une piste d’étude qui devrait offrir de nouvelles opportunités de développer des traitements anticancéreux.
Par ailleurs, l’inhibition de Polθ induisant la mort des cellules tumorales mutées BRCA1/2, le développement d’inhibiteur de Polθ représente une option intéressante pour le traitement de cancers. Cette piste est actuellement étudiée en collaboration avec l’équipe du Pr. Alan D. D’Andrea à Boston (USA).

A la suite de ces travaux, Polθ est devenue une cible de choix pour le traitement des cancers.  Deux entreprises pharmaceutiques (Repare Therapeutics, Artios Pharmaceutics) et deux laboratoires académiques, dont celui de Raphaël, synthétisent actuellement des inhibiteurs de Polθ.

Ces études devraient permettre de mieux comprendre comment et pourquoi l‘alt-EJ contribue à l’oncogenèse et à la survie des tumeurs BRCA1/2 et ouvrir la voie au développement de nouvelles thérapies anticancéreuses.

Les recherches de Raphaël Ceccaldi ont reçu le soutien de prestigieux financeurs comme le programme européen ERC, le label ATIP-avenir.

Vers la page de son équipe de recherche : Mécanismes alternatifs de réparation de l’ADN dans les cancers (Inserm/Institut Curie)

En savoir plus

  • Le prix Fondation TOURRE/Institut NECKER est décerné par un Conseil Scientifique composé de personnalités de l’Institut NECKER et de la Fondation TOURRE et vise à récompenser un travail de recherche fondamentale ayant donné lieu à plusieurs publications de haut niveau pouvant avoir des conséquences dans le domaine de la cancérologie.
  • Le prix Olga Sain est remis par le Comité de Paris de la Ligue Contre le Cancer à un chercheur dont les travaux sur le cancer sont très prometteurs.
  • Le prix « émergence » La Ville de Paris fait partie d un programme de soutien à la recherche qui vise à développer l’innovation et la recherche à Paris