Autres actus

Les chercheurs prometteurs en biologie reçus à l’Académie des sciences

Chaque année des jeunes chercheurs qui ont publié comme premiers auteurs dans des revues prestigieuses sont invités par l’Académie des sciences. Ces scientifiques, qui ont contribué aux grandes avancées scientifiques françaises en biologie, ont présenté leurs résultats dans la Grande salle des séances de l’Institut de France.

Chacun des lauréats est récompensé par le prix de l’Académie des sciences Grandes Avancées Françaises en Biologie. Cette année, l’Institut Curie est à l’honneur avec la nomination de Joan Barau, post-doctorant dans l’équipe Décisions Epigénétiques et Reproduction (Inserm/CNRS/Institut Curie) dirigée par Déborah Bourc’his.

Joan Barau et son prix
Joan Barau et son prix à l’Académie des sciences

Joan Barau et Déborah Bourc’his ont présenté la découverte scientifique qui leur a valu d’être sélectionné par l’Académie. Celle-ci aborde les transposons qui composent en majorité le génome des mammifères, l’Homme inclus. En effet, nos gènes doivent ainsi co-exister avec des millions de ces séquences potentiellement mobiles. Utilisés comme matière malléable, les transposons ont apporté des innovations bénéfiques au cours de l’évolution. Cependant, sans contrôle, ils peuvent altérer le fonctionnement de nos gènes et entraîner des pathologies. Les chercheurs ont découvert une nouvelle enzyme de méthylation de l’ADN, DNMT3C, dont le rôle est de cibler précisément les transposons, pour mettre sous silence les plus actifs et les plus dangereux d’entre eux dans les spermatozoïdes. En son absence, les transposons sont massivement réactivés, la spermatogenèse est compromise et les mâles sont stériles. DNMT3C est un apanage spécifique des rongeurs et pourrait expliquer le succès reproductif de ces espèces. Leur travail met ainsi en avant DNMT3C comme une enzyme de méthylation hautement spécialisée, engagée dans la lutte contre les transposons depuis 46 millions d’années, au service de la protection de la fertilité mâle.

La recherche de l’équipe Décisions Epigénétiques et Reproduction
L’équipe s’intéresse à la méthulation de l’ADN. Dictant la manière dont le génome est exprimé dans les cellules, ce processus définit les spécificités de chaque cellule. Les chercheurs étudient le mécanisme de la transmission des parents via leurs gamètes non seulement leur patrimoine génétique mais aussi une information épigénétique qui va influencer le programme d’expression des gènes de leur descendance et en conséquence, leur physiologie. Des perturbations de cette mémoire épigénétique parentale ont des conséquences pathologiques graves sur le développement et la viabilité.

Les conférences